• contact@regionsudcomoe.ci
  • +225 27 21 30 55 97 / 98

Conférence internationale des gouvernements infra-étatiques pour la biodiversité / Barcelone, 30 juin et 1er juillet 2016

Jean-Louis MOULOT 3ème Vice-président de la Région du Sud Comoé (Côte d’Ivoire)

« Le Sud-Comoé est à plusieurs égards fragilisé par le changement climatique et la perte de la biodiversité » Le 3ème vice-président du Conseil régional du Sud-Comoé, M Jean Louis Moulot a pris une part active à la Conférence internationale des gouvernements infra-étatiques pour la biodiversité à Barcelone en Espagne du 30 juin et 1er juillet 2016.

 

Ci-dessous, son intervention et son plaidoyer. Question spécifique Quelles sont les mesures prises au plan national et local pour la mise en œuvre de la Convention sur la biodiversité et de son plan stratégique 2011-2020 ?

A. Au niveau national

1. Cadre légal et réglementaire

 Décret n° 2012-163 du 09 février 2012 déterminant les procédures de classement des parcs nationaux et des réserves naturelles

 Loi N°2014-427 du 14 juillet 2014 portant Code forestier (Précédent était de 1965)

 Loi N°2014-138 du 24 mars 2014 portant code minier (le précédent était de 1995)

2. Stratégie et plan d’action pour la diversité biologique nationale 2016-2020

La Côte d’Ivoire a adopté en 2004 une première Stratégie Nationale pour la Diversité Biologique (SNDB) élaborée par le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable (MINESUDD)devant couvrir la période de 2004 à 2014 avec l’appui des partenaires au développement et des organisations de la société civile.

Suite à une évaluation de sa mise en œuvre et prenant en compte les nouvelles tendances, menaces et enjeux, il est apparu nécessaire d’actualiser celle-ci et d’élaborer un nouveau plan. La nouvelle stratégie couvre donc la période de 2016 à 2020 avec six (06) orientations stratégiques à atteindre d’ici à 2020. Les six (06) orientations de la stratégie nationale :

- la sauvegarde des milieux naturels, de leurs fonctions et services ;

- la préservation des diversités spécifique et génétique ;

- le renforcement des infrastructures de conservation ;

- la valorisation et l’utilisation durable de la diversité biologique ;

- la mobilisation citoyenne et la diffusion de la connaissance sur le vivant ;

- le renforcement de la coordination nationale et de la coopération internationale.

3. Echange d’informations

Le Centre d'Echange d'informations sur la Diversité Biologique (CHM) a été créé en application des dispositions de l’article 17 de la Convention qui recommande aux Parties contractantes de faciliter l’échange et la diffusion d’informations, provenant de toutes les sources accessibles au public. Il vise à promouvoir, entre autres, les trois objectifs de la convention à savoir:

  • la conservation;
  • l'utilisation durable des ressources;
  • le partage juste et équitable des bénéfices tirés de la Biodiversité.

Afin d'atteindre ces objectifs, le CHM veut développer une plateforme de collaboration tant nationale qu'internationale avec les institutions de recherches et de développement, les chercheurs, les collectivités, les partenaires et la société civile afin de mieux faire connaître la biodiversité d'une part et d'autre part, d'élever la conscience collective à la préservation et à la conservation de celle-ci.

B. Au niveau du Conseil régional du Sud Comoé

La région du Sud Comoé est située en zone forestière dans le Sud-est de la Côte d’Ivoire. Elle compte une population de 453 487 habitants avec 4 départements ; 17 sous-préfecture et 500 villages et localités diverses. Des actions de sensibilisation sont menées : - Appropriation par les structures techniques du Conseil régional, et par les élus des orientations de la Convention sur la biodiversité et de la Stratégie nationale avec l’appui de la Direction régionale du ministère de l’environnement car cette région, qui est une région touristique par excellence, est à plusieurs égards fragilisés par le changement climatique et la perte de la biodiversité; - Célébration conjointe des journées mondiales de l’environnement et des océans à Adiaké, le 05 juin 2016 qui a permis d’éduquer les populations sur les comportements éco-citoyens afin de freiner la destruction de la biodiversité.

Jean-Louis MOULOT

3ème Vice-président de la Région du Sud Comoé (Côte d’Ivoire)