• contact@regionsudcomoe.ci
  • +225 27 21 30 55 97 / 98

Présentation de VŒUX 2016 au Président de la République - Allocution du Dr AKA Aouélé Vice-président de l’ARDCI, Président du Conseil Régional Sud-Comoé

Excellence Monsieur le Président de la République Alassane OUATTARA,

Permettez moi, d’abord de dire l’insigne honneur qui m’échoit d’être désigné comme porte-parole de cette illustre délégation comprenant Madame et Messieurs les Préfets de Région, Madame et messieurs les Présidents des Conseils Régionaux, le Bureau de l’Union des Villes et Communes de Cote d’ivoire(UVICOCI), Madame et Messieurs les Maires du District d’Abidjan, monsieur le Maire de Yamoussoukro, pour accomplir un agréable devoir républicain, dans cette salle mythique, chargée d’histoire, l’histoire Contemporaine de notre pays, en ce début de votre 2ème mandat qui doit conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence à l’horizon 2020 ; ce mandat qui doit par ailleurs voir l’avènement de « l’Ivoirien Nouveau ».

Oui Excellence, au nom de vos soldats du développement administratif, économique, social et culturel de proximité qui sont d’une part, les responsables des entités déconcentrées, c’est-à-dire les Préfets de Région et de Départements, et d’autre part, les acteurs de l’impulsion du développement décentralisé c’est-à-dire les Maires et les Présidents de Conseils Régionaux, il m’est agréable de vous adresser nos vives et chaleureuses félicitations pour votre brillante et écrasante victoire aux dernières élections présidentielles, et de vous souhaiter respectueusement, au seuil du nouvel an, une bonne, miséricordieuse, paisible, sereine et prometteuse année 2016.

Au-delà de notre groupe, notre mission nous impose, d’être le porte parole de la base en matière de développement de proximité, car, Excellence Monsieur le Président, je pense ne rien exagérer, en disant qu’au plan local ou régional, notre zone d’intervention, pour nos concitoyens, notre mission se confond avec les missions régaliennes de la République ; parce que, pour les populations, avec la naissance de l’Etat moderne, la République au quotidien, c’est d’abord Monsieur le Préfet; parce qu’ensuite, depuis l’avènement de la Commune, le responsable de la problématique du développement de la cité, s’appelle monsieur le maire ; et avec la mise en place des conseils régionaux, l’artisan de l’aménagement du territoire régional , au plan infrastructurel, et de la correction des disparités régionales s’appelle monsieur le président du Conseil régional.

Ceci n’est-il pas en adéquation avec les responsabilités confiées aux entités déconcentrées et décentralisées ?
-D’abord aux Préfets de Région et de Département, vos mandataires, en vertu des pouvoirs à eux conférés, qui font d’eux vos représentants les plus légitimes en même temps que les représentants du gouvernement dans les territoires qu’ils administrent.
-Ensuite, aux maires et présidents de conseils régionaux, à qui vous avez bien voulu légitimement transférer partie des compétences du gouvernement, ce qui fait designer ces collectivités de gouvernements locaux par les anglo-saxons. C’est pourquoi, ces acteurs, dont aujourd’hui l’un ne peut aller sans l’autre, en notant que l’un (le Préfet) est la tutelle de l’autre (acteur de collectivité), réaffirment leur plein engagement à mettre tout en œuvre afin de traduire sur le terrain, votre politique de proximité, par une déconcentration efficace et une décentralisation fertile.
Ils sont fiers de s’inscrire dans votre vision, conscients des mesures que vous initiez tous les jours, pour améliorer leurs conditions de travail et faciliter ainsi l’accomplissement des missions à eux assignées. Comme ce fut le cas lors des visites d’Etat que vous aviez bien voulu effectuées dans la quasi-totalité des 31 régions ; une occasion rêvée pour répondre aux nombreuses attentes des populations et des acteurs des entités déconcentrées et décentralisées. Merci d’ailleurs, monsieur le président, pour tout ce que vous aviez fait, en cette circonstance, pour le renforcement des capacités opérationnelles des membres du corps préfectoral.

Reconnaissants, ces acteurs s’engagent à entretenir et à véhiculer au plan local, une excellente image de la République telle que vous-même l’affichez au plan national et international en s’inscrivant fondamentalement dans votre vision, entendu que la tache qui les attend est exaltante et exige un comportement nouveau en vue de l’avènement d’un « ivoirien nouveau».

En définitive, cette tache exige une mise à disposition de sa personne au service de la communauté, un esprit d’amour pour le travail et de grande ouverture pour garantir la cohérence de notre action. Cette action, les préfets continueront de la relayer avec ardeur dans leurs régions respectives. Quant aux collectivités territoriales, elles n’ont qu’un seul devoir : réussir le développement des communes et des régions en mettant en œuvre les engagements que vous aviez pris devant les ivoiriens.

C’est pourquoi en 2016, nous nous engageons à observer à notre tour, avec détermination le cap que vous avez fixé pour rester fidèle à votre promesse républicaine afin de contribuer à promouvoir le développement inclusif et durable de la Côte d’Ivoire dans un monde en perpétuel changement.

Car en notre qualité de traducteurs convaincus et engagés de votre vision pour la Cote d’Ivoire sur le terrain, les résultats des actions que nous posons en votre nom, au quotidien en faveur des populations sont perceptibles et peuvent être jugées immédiatement par les bénéficiaires parce que nous vivons le concret et sommes sur le terrain. Au nom donc de ces acteurs, je salue en vous le père de l’émergence de la Côte d’Ivoire, je salue en vous le promoteur de l’ « Ivoirien Nouveau». Dans ces conditions, Excellence Monsieur le Président de la République, nous n’osons même pas rappeler à votre très haute attention nos attentes, attentes que vous connaissez parfaitement déjà parce qu’elles sont les vôtres. Car c’est bien vous qui nous avez mis en mission.

En effet, est-il besoin de parler de l’approfondissement de l’amélioration des conditions générales de vie et de travail relativement au corps préfectoral ? Objectivement Non. Pour les collectivités territoriales, doit-on parler de la finalisation du processus de transfert de compétences, de la consolidation de l’autonomie financière et de l’accroissement de l’appui financier accordé par l’Etat? Absolument Non !

Alors Excellence monsieur le Président, je ne puis que terminer en disant qu’avec vous, nous savons particulièrement vivre d’espoir, en considération de ce que votre annonce ou votre promesse vaut toujours réalisation.

Et je vous cite« je crois en notre capacité de faire de la Cote d‘Ivoire un pays émergent car nous disposons de tous les atouts pour y arriver» fin de citation.

Dès lors, nous sommes convaincus que 2016, année pleine d’espoir, participera, à coup sûr, à l’avènement de cette Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020, comme nous sommes certains que l’Ivoirien Nouveau sera.

Bonne et Heureuse Année 2016 Excellence Monsieur le Président de la république et que Dieu le Dispensateur de toutes grâces abondantes, soit avec vous!